Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 11:40

 

 


Há quase 40 anos (para perceber isto, basta olhar o meu tamanho nas fotos), meu avô decidiu "abrir" a sua própria adega, para refazer, ele mesmo, a maior parte de seu vinho. Durante várias décadas, ele havia decidido (e seu pai antes dele) confiar a sua colheita, a safra, à adega cooperativa, localizada em frente à sua casa, suas uvas eram misturadas com as uvas dos outros associados, outros proprietários da mesma aldeia.
Vignes-004.jpgMas os tempos mudaram e, com alguns "malucos"  cheios de vontade de melhorar a qualidade e de parar de fazer em quantidade a qualquer preço, inspirados por um movimento coletivo, eles se lançaram na aventura de uma adega privada. Um dos símbolos foi aquele de se equipar com tonéis de carvalho (de segunda mão) em vez de aderir a moda da época, que era a de se equipar com grandes reservatórios de cimento.

Vignes 005Portanto, se bem me lembro, mais de 12 barris foram gradualmente, atingindo uma dimensão de 6000-12000 litros para fazer vinhos varietais separadamente de cada parcela da propriedade.


Então é claro que a madeira tem alguns inconvenientes ... é preciso inflá-la para que o vinho não escape, é preciso limpá-la entre os barris  e isso  envolve riscos, etc etc ... mas retrocedendo um pouco, antigamente também era um sinal de compromisso com a qualidade e fazia parte do projeto ...

 

Vignes 007 (2)

Hoje em dia são utilizadas diferentes técnicas, a vinificação é feita mais frequentemente em reservatórios de inox e o envelhecimento é feito em barris mais ou menos grossos e mais ou menos novos, dependendo dos meios de que dispõe cada proprietário e também do gosto mais ou menos acentuado da madeira que se quer evidenciar no vinho...

A primeira garrafa com seu rótulo e seu lacre, foi lançado em 1974, um grande orgulho...

 

Traduzido por Lizabeth Bosa Leme

Repost 0
Published by ronan - dans la cave
commenter cet article
14 décembre 2010 2 14 /12 /décembre /2010 19:04

  

Il y a bientôt 40 ans (il suffit pour dater de voir ma taille sur les photos), mon grand père décidait d'"ouvrir" sa propre cave, de refaire lui même la plus grande partie de son vin. Depuis plusieurs décennies il avait décidé (et son père avant lui) de confier sa vendange, sa récolte, à la cave coopérative, située d'ailleurs en face de chez lui, son raisin était alors mélangé avec celui des autres adhérents, des autres propriétaires du même village.

Vignes-004.jpgMais les temps changeaient, avec quelques "fous", dans une volonté d'améliorer la qualité et d'arrêter de faire de la quantité à tout prix, inspirés par un mouvement collectif, ils se sont lancés dans l'aventure de la cave particulière. Un des symboles était celui de s'équiper de foudres de chêne (d'occasion) au lieu de la mode de cette époque d'équiper les grandes unités de cuves en ciment.

Vignes 005

Donc si ma mémoire est bonne se furent plus de 12 foudres qui sont progressivement arrivés d'une dimension de 6000 à 12000 litres permettant de vinifier séparément les cépages et les parcelles de la propriété.

Alors bien sûr le bois a quelques inconvénients...il faut le faire gonfler pour que le vin ne s'échappe pas, il faut le nettoyer, entrer dans ces tonneaux ce qui comporte des risques etc etc...mais revenir un peu à l'ancienne était aussi une marque de la volonté de qualité et faisait partie du projet...

 

Vignes 007 (2)

Aujourd'hui on utilise des techniques différentes, la vinification se fait le plus souvent en cuves inox et le vieillissement en barriques plus ou moins grosses et plus ou moins neuves en fonction des moyens de chaque domaine et aussi du goût plus ou moins prononcé de bois que l'on veut donner au vin...

La première bouteille avec son étiquette et sa capsule sortira en 1974, une grande fierté...

 

Repost 0
Published by ronan - dans la cave
commenter cet article
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 21:26

DSC03419.JPG

La Cave Jado, une référence dans le monde du vin français à Sao Paulo

 

Depuis deux ans Dorothée, Jeanne et leur équipe sont présentes sur tous les fronts pour promouvoir les vins quelles ont choisis pour représenter à Sao Paulo et par internet au Brésil, les vins français abordables.

Le concept est simple une grosse vingtaine de référence de vins français entre 40 et 90 reais (hors champagne 170) soit entre 40 et 60 % moins cher que la moyenne des prix pour des produits équivalents. Une bonne partie d'entre eux sont issus de l'agriculture biologique et la grande majorité de caves particulières (vignerons indépendants). Un Chablis ou un Sancerre à 88 reais, c'est un effort sur les prix à souligner.

Certes la valorisation du réal aide à tirer les prix (il a gagné 40% en 6 ans) mais la formule de prospection directe en France et le transport en container climatisé groupé de 5000 bouteilles contribue à cette performance.

En ce samedi de 11h à 16h Olivier (dernier arrivé dans la maison Jado) nous proposait une petite découverte de deux de leurs vins. Le Riesling a plus séduit que le Bordeaux 2005 encore trop insuffisamment rond pour plaire vraiment (et pourtant vous avez vu dans un autre article qu'il est temps de boire les 2005).

Ce Riesling Bio a permis de redécouvrir ce cépage d'Alsace dans lequel la minéralité est très forte, mais aussi un coté floral en début et un peu de miel en fin de bouche. Aux alentours de 70 reais (soit 30 euros quand même) vous ne trouverez pas de Riesling à ce prix au détail au Brésil...Sauf à la cave Jado...

Espérons qu'ils sauront garder cette simplicité et cette approche.

 

 La Cave Jado www.vinho-frances-sao-paulo.com.br et www.cavejado.com.br

Repost 0
Published by ronan - dans la cave
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 15:17

Mon  ami Sébastien Fillon (dont ma soeur est l'ancienne employée et dont je suis l'associé) m'écrit aujourd'hui

 

Aujourd’hui il pleut, on fait donc un break de vendange…et on prend le temps de communiquer…les jambes sont lourdes après 10 jours de coupe…cet après midi , travail de cave : on remonte le jus sur les chapeaux de marc, on soutire, on aère, on vérifie que les fermentations se passent bien, bref un quotidien qui se passe assez facilement cette année, les raisins ont des processus de fermentations qui se mette facilement en place.

 

A bientôt pour un autre épisode.

 

 

Il en profite aussi pour nous montrer les bonnes notes et les descriptions dans les guides ...un succès...

 

 

BETTANE & DESSEAUVE 2011 : Le Clos du Serres - Le style est friand, charmeur.

La gamme est large et démarre par un carignan que peu sont capable d'emmener à ce niveau de charme : juvénile en bouche, il n'a que 85 ans. La Blaca, sur une dominante de syrah, montre un charme étonnant. Avec plus de profondeur mais aussi plus d'intensité, les Maros rappellent la grande qualité des grenaches… Ce domaine ne cesse de progresser et mérite donc une progression.

pave-BD.gifpave-BD.gif

Le clos : 15/20
Jolis vins aux tanins fins, œillade, syrah et grenache, la fraicheur est remarquable. un vin facile à boire, on en redemande.

La Blaca : 15.5/20
Très belle cuvée, au nez velouté avec une tenue supérieure au passionnel mais exotique 2007. Bien structuré, avec une réelle gourmandise, le taux de redemande sera fort.

Les Maros : 16.5/20
Le vin est salin, profond, très net avec une grande tenue. Cette alliance inattendue de la structure des Terrasses du Larzac et de la salinité de la Clape étonne.

Première audace : 15/20
Etonnant vin sur un fruit éclatant. Le tanin est élégant et l'acidité naturelle du carignan rafraîchit ce vin gourmand.

Bettane et Desseauve 2011 : l'appellation de l'année : les Terrasses du Larzac

  

  

  

et aussi

La Blaca dans le guide Hachette 2011

Guide Hachette 2011« Issu d’une sélection de parcelles de syrah majoritaire plantées sur schistes et grés, vinifiées séparément puis assemblées, la Blaca, du nom occitan du chêne blanc qui marque la transition climatique avec le Larzac, est dominée par des notes balsamiques, épicées, chocolatées, nuancées de truffe. Franc à l’attaque, réglissée en finale, ce 2008 devra être attendu quelques mois pour que les tannins finissent de se fondre. A carafer. »


Quelques amis de la confraria ont eu le plaisir de le goûter...à Paris...j'esaierai d'en faire venir une ou deux bouteilles dans les jours à venir...
http://www.leclosduserres.fr/blog_vignoble/index.php?
Repost 0
Published by ronan - dans la cave
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 01:00

Discutez, dégustez, renseignez vous sur le bouchon...mais ce n'est vraiment pas simple..

Le bouchon est un élément essentiel de la bouteille...et de sa conservation...Ayant eu à ouvrir des bouteilles de 50 ans ou plus je peux vous dire que la qualité du bouchon a une grande importance. Evidemment il aura mieux suporté le temps et mieux remplis son rôle de bouchage si la cave est humide (voir les articles sur les caves..) mais en général les grands crus prêtent une grande attention à leur bouchon et le plus souvent on peut dire que plus c'est long plus c'est bon...

Il y a plusieurs types de bouchons, ils viennent le plus souvent du Portugal (premier producteur de liège au monde). Si vous avez l'occasion allez visiter ou regardez des photos de ces plantations de chênes lièges à perte de vue elles sont magnifiques...

Mais le goût de bouchon abime entre 5 et 12 % des bouteilles, ce qui est une proportion importante. Une partie de ces mauvais goûts a été attribuée à des produits de traitement des bois et particulièrement des charpentes, qui pouvaient donner un goût de "bouchon " à des vins qui n'avaient jamais été en bouteille!!! Ces produits sont interdits depuis plus de 5 ans et maintenant quasiment tous les goûts de bouchon sont dus au ...bouchon...


Mais le bouchon de liège est la possibilité pour le vin de respirer donc de vieillir...en tout cas de s'oxyder ...(oxydation qui constitue une part du vieillissement) et c'est donc indispensable pour permettre aux meilleurs crus de trouver leur meilleurs moments de dégustation...

Il y a plusieurs sortes de bouchons en liège (je parlerai une autre fois des autres...) vous avez vu parfois des bouchons en aggloméré (moi je n'ai qu'une confiance limitée dans les colles et les cires mises en oeuvre avec le liège...ils peuvent apporter des goûts chimiques. Ils sont en général utilisés pour des vins de moyenne qualité ou qui ont une durée de vie limitée comme les beujolais nouveaux par exemple. Certains d'entre eux ont en plus une pièce de liège massif pour le contact avec le vin. Epaisse de 2 ou 3 mm elle limite le contact avec les colles...mais le meilleur est évidemment le bouchon massif. Il est important que le vin n'ai pas "traversé" le bouchon. Si on vous propose un vieux grand cru et que l'espace entre le bouchon et le liquide vous parait supérieur à 15 mm c'est qu'il risque d'avoir été mal conservé et que le bouchon en a trop absorbé.

Le bouchon peut aussi être un élément anti fraude, anti faussaire. Il comporte souvent le nom du cru, et surtout l'année d'embouteillage, le plus souvent aux deux bouts...une bonne manière par exemple d'identifier une bouteille ancienne dont l'étiquette a disparu. Après avoir enlevé la capsule en métal vous pouvez voir par transparence l'année et le cru.... ensuite partez à la recherche de l'étiquette...

Pour finir, un dernier petit conseil, il peut arriver que dans une soirée, un repas ou une dégustation un convive détecte un goût ou plutôt une odeur de bouchon et les autres non...(c'est possible, certains vont détecter les "TCA" à partir de 2 nanogrammesla majorité vers 5 et à partir de 8 c'est insupportable pour tous...), mettez 50% d'eau dans votre verre de vin...l'eau fera ressortir le mauvais goût de bouchon s'il est là..et vous pourrez dire sans en douter oui ou non il a le goût de bouchon..

 

 

Repost 0
Published by ronan - dans la cave
commenter cet article

Présentation

  • : confraria do vinho francês
  • confraria do vinho francês
  • : le blog de la confrérie du vin français au Brésil... o blog da confraria do vinho francês no brasil
  • Contact

proverbio do dia...

 

 

 

j'ai découvert que ce ne sont pas deux mais trois fleuves qui arrosent Lyon...
"Lyon est une ville arrosée par trois grands fleuves : le Rhône, la Saône et le Beaujolais. "
Léon Daudet


Se, às vezes, bebemos para esquecer... Degustar é, sempre, um momento para se recordar... 
Philippe Faure-Brac, melhor sommelier do mundo 1992 (eleito no Rio de Janeiro - que sorte!!!!)

Si parfois on boit pour oublier ...on goûte toujours pour s'en souvenir...
Philippe Faure-Brac meilleur sommelier du monde 1992 (couronné à Rio de Janeiro...quel hasard!!!)

 

Recherche

dois artigos por semana

Uma ves por semana vou apresentar uma videira ( "cépage")
uma uva diferente e simbolica do vinho frances e
tambem  um vinho carateristico da viticultura francesa.

compteur

 visiteurs

proverbios

La bière est oeuvre de l'homme, le vin est l'oeuvre de Dieu

A cerveja é obra do homem,o vinho a de Deus.

ce qui sous entendrait que quand on comprend le vin on comprend mieux Dieu?



Il y a davantage de philosophie et de sagesse dans une bouteille de vin que dans tous les livres.

Louis Pasteur

sur le principe je suis assez d'accord mais cela dépend quand même de la qualité du vin!!!




Há mais filosofia e sabedoria dentro de uma garrafa de vinho que dentro de todos os livros.
 
Louis Pasteur


A princípio, estou plenamente de acordo, mas  depende da qualidade do vinho!!!


«On distingue dans l'eau son propre visage


O vinho é a coisa mais civilizada no mundo
François Rabelais

Qui bon vin boit, Dieu voit

Bebendo bom vinho, se vê deus

Il existe cinq bonnes raisons de boire du bon vin : l’arrivée d'un hôte, la soif présente et à venir, le bon goût du vin et n'importe quelle autre raison.    Proverbe italien


Tem cinco boas razoes de beber bom vinho : a chegada de um amigo, a sede presente e a vir, o gosto bom de vinho e qualquer outra razão . Provérbio italiano



"O bom vinho solta as línguas e os corações."


Le bon vin délie les langues et les coeurs...

 

 


 

;
mais dans le vin on aperçoit le cœur d'un autre.»  
(Proverbe français) 

Na agua reflete-se o proprio rosto,
no vinho revela-se o coraçao do outro
."
(Provérbio francês
)

Pour connaître l'origine et la qualité d'un vin,
il n'est pas nécessaire de boire le tonneau entier.

Oscar Wilde

Para conhecer a origem e a qualidade de um vinho,
não é necessário beber o barril inteiro.
Oscar Wilde


Le vin est ce qu'il y a de plus civilisé au monde.

François Rabelais